« Le repas » n°26

Edito

Tout ce qui vit, pour continuer à vivre, doit se nourrir. L’obligation de s’alimenter est inscrite dans la vie des hommes depuis leur apparition dans le monde. Au fil du temps, cette prise obligatoire de nourriture est devenue quotidienne et s’est organisée en repas (ce mot désignant

la nourriture que l’on prend à des heures régulières), et de véritables rituels sont apparus dans le déroulement des repas. Nos journées sont rythmées par eux, avec leurs horaires, leur composition, les lieux où ils nous sont proposés, une pièce leur est réservée dans la maison, l’école, le lieu de travail. Et selon la culture ou les traditions, on « passe à table », on « se tient à table », on « invite à sa table », en observant des coutumes particulières et parfois strictes.

Parfois, le repas peut prendre un caractère exceptionnel : il permet de saluer un moment fort de la vie, dans l’année, dans les relations, associant l’occasion de la rencontre avec le bonheur du partage.

Il prend une valeur de célébration quand il rassemble une grande communauté d’êtres humains pour rappeler un événement symbolique. Il est un des moments les plus forts de la vie religieuse, rendant accessible à tous la pratique de rites chargés de sens.

Marie-Claire Rougnon

Télécharger « Regards maristes » n°26