Traits d’union n°42

Edito

Un monde ancien s’en va, le nouveau est certainement déjà là, mais nous ne le voyons pas encore.

Dans cet entre-deux, le combat est le même depuis l’origine : choisir la vie, soigner la vie, lutter contre les forces de destruction. Après la sidération et toutes les formes de traumatismes personnels et collectifs, les risques sont en effet nombreux : désespoir ou au contraire aspiration frivole à un retour « à la normale », mais surtout recherche de coupables et de boucs émissaires, divisions et conflits dans « un sauve qui peut, chacun pour soi » à tous les niveaux.

C’est là que Marie nous fait signe comme elle le faisait au commencement de l’Église. Comme elle l’a fait au commencement de la Société de Marie aussi. Sans bruit certes, mais avec la puissance de l’Esprit Saint qui l’habite. Marie est celle qui a permis le lien de l’unité entre Jacques, chef du clan familial de Jésus, et Pierre, leader du groupe des disciples. Elle est celle qui appelle à la confiance et l’unité dans la France divisée du XIXe siècle. « J’ai été le soutien de l’Église naissante, je le serai encore à la fin des temps. » Cette petite phrase entendue dans la cathédrale du Puy par le Père Courveille, compagnon de séminaire de Jean-Claude Colin et Marcellin Champagnat à qui il la relaie, a allumé le feu dans le cœur des premiers Maristes.

Porter le nom de Marie, c’est croire en sa présence active pour édifier l’Église de la fin des temps. C’est, comme elle et à sa manière, être serviteurs de l’unité, traits d’union partout où nous nous trouvons. Traits d’union entre passé, présent et futur, imaginaire et intelligence, contemplation et action. Traits d’union entre les générations, entre les groupes, entre les chapelles ou les sensibilités. Traits d’union aussi avec ceux qui se tiennent sur le parvis, et plus loin encore, avec ceux qui n’osent plus attendre quoi que ce soit de l’Église. Marie est là pour nous permettre de tenir ensemble devant l’avenir qui vient vers nous. Ensemble dans l’attente de Celui qui vient rassembler les enfants dispersés du Père Créateur.

Alexandra Yannicopoulos-Boulet, laïque mariste

Télécharger Regards Maristes n° 42 au format PDF